Marie-Hélène Lafon

Envoyé par Printemps du livre le 17 novembre 2009 à 18:00.
© David Ignaszewski / Koboy

© David Ignaszewski / Koboy

Marie-Hélène Lafon enseigne les lettres classiques en région parisienne. Elle a publié essentiellement chez Buchet-Chastel des romans et des nouvelles où elle laboure le même territoire : Le Soir du chien (2001, prix Renaudot des lycéens), Liturgie (2002), Organes (2007) ou encore Les derniers indiens (2008). Ancrées dans un monde paysan disparu, les histoires rugueuses qu’elle raconte ont la densité du silence, la puissance de l’épure, le cisèlement extrême des mots. Avec L’Annonce (2009, Prix Page des libraires), elle imagine la rencontre entre Annette, venue d’un nord douloureux avec son fils de 11 ans, et Paul, le paysan quadragénaire qui a passé une annonce pour briser le cercle de la solitude. Plongée dans un monde étranger, auprès d’êtres taciturnes, la jeune femme va devoir apprivoiser, comprendre, apprendre à aimer lentement.

Version sonore Extrait de L’Annonce :

l'annonceExtrait de L’Annonce :

« A Nevers, le lundi 19 novembre, Annette avait vu sans le voir le corps de Paul. Toute son attention avait été happée, dévorée par les mots de Paul. Et par ses mains. Qui parlaient avec lui, soutenaient sa parole, la relançaient ou reposaient à plat sur la table, dans les creux de silence, et frémissaient comme mues de l’intérieur par de sourds tressaillements qui disaient ou tentaient de dire ce que Paul taisait, ce qu’il gardait tapi sous le flot des choses audibles. Ni Annette ni Paul n’iraient extirper ce qui restait, s’incrustait, dessous. On ne gratterait pas les vieilles plaies de solitude et de peur, on n’était pas armé pour ça, pas équipé ; on s’arrangerait autrement. » p. 103

RENCONTRES

Samedi 20 mars
11h
Bibliothèque Le Verbe Etre, La Tronche
14h30
Bibliothèque Centre ville

SIGNATURES

Samedi 20 mars
16h Stand Arthaud/Gibert/Gaïa

Imprimer article Imprimer article

901 Comments

Trackbacks / Pingbacks

Postez vos impressions de lecture

MERCI D'INDIQUER LE TITRE DE L'OUVRAGE EN DÉBUT DE COMMENTAIRE