Kamel Hajaji

Envoyé par Printemps du livre le 5 janvier 2010 à 12:56.
© Ade Adjou

© Ade Adjou

Journaliste culturel, Kamel Hajaji signe avec Fuck you New-York (Sarbacane, 2009) son premier roman, dont le titre annonce le ton violemment amer. Le livre cueille de fait le lecteur à froid, dans la chambre d’hôpital où le jeune narrateur se repasse de film d’une désillusion. Malek rêvait des States, il voulait avec son ami Ben y étudier le journalisme, se fondre dans cette culture. Or ce qu’il découvre à sa descente d’avion, c’est la paranoïa post-11 septembre. Arrêté, fouillé, il plonge dans l’enfer de l’ignorance et de la peur. Il apprend qu’il n’est qu’un « Arabe », un « terroriste muslim ». Nourri de Camus, de Salinger, de cinéma et de musique, l’auteur fait porter par une écriture cinglante la détresse de Malek. Fuck you New-York est paru dans la collection Exprim’, consacrée aux écritures verbales.

Version sonore Extrait de Fuck you New-York :

Fuck you New-YorkExtrait de Fuck you New-York :

Je me colle la tronche dans le miroir et remarque que je ne me suis pas rasé depuis pas mal de jours. Des poils recouvrent salement ma peau nacrée. La douane encore. La douane décidément. Faut que je fasse gaffe. Je repense à ce papier qu’ils m’ont filé à l’hosto, m’obligeant à me présenter au service de l’émigration en m’interdisant de quitter New-York sous aucun prétexte. Une liberté conditionnelle, quoi.
Et je replonge. Dans leurs gueules qui m’enroulent. Je revois. Leurs mains agitant la feuille devant mes yeux apeurés, leurs bouches élargies comme des fosses édentées. Moi assis et eux debout, brandissant ce papier comme une page de la Bible. Je les entends. Me menacer de ne pas m’amuser à sortir de la ville, que ce serait sûrement une erreur, que je me scierais la branche aussi sûrement que 2 et 2 font 4. Evidemment Ricky, j’ai demandé pourquoi. Ils m’ont répondu que c’était comme ça.

RENCONTRES

Vendredi 19 mars
18h30
Bibilothèque Centre ville

SIGNATURES

Samedi 20 mars
10h30 et 16h Stand La Dérive jeunesse/Libre lecture

Imprimer article Imprimer article

8 Comments

  • bitcoin knots dit :

    First world problems are nothing to make fun of. Like today, I had to go to my THIRD choice hair salon for a blow dry because most salons are closed on Mondays. What the fuck, man?

  • Je partage un peu la même méthode de dating que toi. Excepté avec des questions différentes mais qui revienne sensiblement pareil au tienne.Du genre est ce que la personne est intéressante et intéressée? Non? On flush.Oui? Étape suivantemyrian aussi semble trouver bonne ta technique alors toi et moi on doit être dans la bonne voix!

  • Hey, you’re the goto expert. Thanks for hanging out here.

  • Indian dit :

    Deep thinking – adds a new diiemsnon to it all.

  • Isabelle dit :

    Le livre est bien, par contre l auteur est un vrai goujat arrogant et pretentieux , et je sais de quoi je parle …

  • Anonyme dit :

    ض>جعخشح
    طزسىة لاىعا

  • It’s your pity you actually don’t have got a donate link! I’d most likely donate to this remarkable site! I actually presume for the moment i’ll are satisfied with book-marking plus incorporating a person’s Rss feed so that you can this Bing akun. I actually glance forwards so that you can fresh posts but will publish the following blog site by using this Twitter group: )

  • Barbara dit :

    « Fuck you New York » Kamel Hajaji.

    Au début du livre, je n’ai pas tellement accroché, je trouvait l’argo trop présent mais petit à petit je me suis complètement imprégné du personnage … Mise à part le fait que je sache que l’auteur ait été inspiré par un voyage « là bas », je me demande comment il a pût décrire cette folie naissante ? ça semble vécu, c’est dingue comme on le comprend, malgré ne jamais avoir tournée « folle », on reconnait des sentiments, des sensations … Bref je ne sais pas si je m »exprime bien mais ce qui m’a marqué et plu dans ce bouquin, c’est d’avoir pût comprendre un mec (personnage et déchéance totalement crédible)qui sombre dans la folie …

Trackbacks / Pingbacks

Postez vos impressions de lecture

MERCI D'INDIQUER LE TITRE DE L'OUVRAGE EN DÉBUT DE COMMENTAIRE